Dans cet espace vous pouvez

- soit faire une recherche avancée sur tous les points de presse et déclarations de politique étrangère

 

- soit sélectionner une date 


Déclarations officielles de politique étrangère du 18 août 2017


Sommaire



1. Point de presse du porte-parole adjoint - Espagne/Attentat à Barcelone/Rappel de la déclaration de M. Jean-Yves le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères - Agenda du ministre, de la ministre chargée des affaires européennes et du secrétaire d'État du 21 au 27 août 2017/Principaux éléments publics (Paris, 18/08/2017)

Au point de presse de ce jour, le porte-parole adjoint a rappelé la déclaration du ministre :

1 - Espagne - Attentat à Barcelone (17 août 2017) - Rappel de la déclaration de M. Jean-Yves le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères

C'est avec une profonde émotion que j'ai appris le bilan de l'attentat commis à Barcelone et revendiqué par Daech. Je le condamne dans les termes les plus fermes.

Vingt-six Français ont été blessés, dont au moins onze gravement. Mes pensées vont à ces compatriotes, ainsi qu'à leurs proches auxquels j'exprime toute ma sympathie dans ce moment douloureux.

Je me rendrai dans la journée à Barcelone afin de rendre visite aux victimes françaises de cet acte lâche et d'assurer du soutien de la France le peuple et les autorités espagnols.

J'avais demandé dès l'annonce de l'attaque l'ouverture d'une cellule de crise au ministère de l'Europe et des affaires étrangères afin de faire le point sur la sécurité de nos compatriotes à Barcelone et de répondre à leurs proches. Ses agents ont été mobilisés toute la nuit et ont reçu jusqu'à présent plus de 3 200 appels. La cellule demeure ouverte et la réponse téléphonique est maintenue.

À Barcelone, notre consulat général, en lien avec les autorités espagnoles, met tout en oeuvre pour apporter le soutien nécessaire aux Français touchés par cet attentat. Afin de répondre à l'urgence, j'ai demandé à ce que des professionnels de la santé soient dépêchés sur place. Les premiers arrivent aujourd'hui pour fournir un soutien psychologique et assister les familles des victimes. Des renforts supplémentaires sont prévus.

La sécurité de nos concitoyens à l'étranger constitue une priorité absolue au service de laquelle les agents du ministère et de son réseau diplomatique et consulaire français sont engagés au quotidien. Je remercie tous ceux qui se sont mobilisés immédiatement et avec dévouement à Barcelone, à Madrid et à Paris pour porter assistance aux victimes et à leurs proches.

2 - Agenda du ministre, de la ministre chargée des affaires européennes et du secrétaire d'État du 21 au 27 août 2017 - Principaux éléments publics

M. Jean-Yves LE DRIAN

Mercredi 23 août

13h - Déjeuner avec M. Tedros Adhanom, directeur général de l'organisation mondiale de la santé

18h - Entretien avec M. Patrice Caine, président-directeur général de Thalès

Jeudi 24 août

8h15 - Comité exécutif ministériel, Quai d'Orsay

11h - Déplacement à Marseille sur le thème du tourisme

Vendredi 25 août

11h45 - Commémoration de l'anniversaire de la libération de Paris, en présence du secrétaire d'État, Quai d'Orsay

---

Mme Nathalie LOISEAU

Mercredi 23 août

Déplacement avec le président de la République à Salzbourg (Autriche) à l'occasion du sommet Autriche, République tchèque et Slovaquie

Jeudi 24 août

Déplacement avec le président de la République à Bucarest (Roumanie)

Vendredi 25 août

Déplacement avec le président de la République à Varna (Bulgarie)

---

M. Jean-Baptiste LEMOYNE

Lundi 21 août

Déplacement en Pyrénées-Atlantiques

Vendredi 25 août

11h45 - Commémoration de l'anniversaire de la libération de Paris, en présence du ministre, Quai d'Orsay

15h - Inauguration de la Foire de Tonnerre, Yonne./.

Retour sommaire


2. Espagne - Attaques terroristes - Entretien téléphonique de M. Emmanuel Macron, président de la République, avec M. Mariano Rajoy, président du gouvernement espagnol - Communiqué de la présidence de la République (Paris, 18/08/2017)

Le président de la République s'est entretenu ce matin avec le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy. Le président de la République a témoigné la solidarité de la France, qui se tient aux côtés de l'Espagne dans cette tragique épreuve et est prête à lui apporter toute l'aide nécessaire pour y faire face.

Le président de la République et le président du gouvernement espagnol ont fait le point sur la situation des victimes, les circonstances des attentats qui ont frappé Barcelone et Cambrils et sur l'enquête en cours. Les autorités de nos deux pays sont en contact étroit pour les suites à donner à cette attaque terroriste.

Le ministre de l'Europe et des affaires étrangères sera à Barcelone à la mi-journée pour se rendre auprès des victimes françaises.

Le président de la République français et le président du gouvernement espagnol sont convenus de faire un nouveau point de situation dans les 48 heures./.

(Source : service de presse de la présidence de la République)

Retour sommaire


3. Espagne - Attaques terroristes - Communiqué de la présidence de la République (Paris, 17/08/2017)

L'attaque qui vient de frapper Barcelone, au coeur d'un lieu de vie et de jeunesse, est une nouvelle attaque odieuse contre nos sociétés libres.

M. Emmanuel Macron, président de la République, adresse aux victimes, à leurs familles et à leurs proches, toutes ses pensées en ce moment tragique. La France exprime sa peine sincère et sa solidarité entière à l'égard de Barcelone et de toute l'Espagne.

Le président de la République est en contact avec les autorités espagnoles pour suivre la situation. Le gouvernement est mobilisé pour apporter les informations et l'assistance nécessaires à nos concitoyens présents à Barcelone.

Notre action contre le terrorisme continuera sans relâche. C'est avec une détermination absolue que la France mène ce combat aux côtés de l'Espagne./.

(Source : site Internet de la présidence de la République)

Retour sommaire


4. Espagne - Attaques terroristes - Communiqué du ministère de l'intérieur (Paris, 17/08/2017)

Gérard Collomb, ministre d'État, ministre de l'intérieur, adresse ses condoléances les plus attristées aux familles et aux proches des victimes du terrible attentat qui vient de toucher l'Espagne et plus particulièrement Barcelone. Il fait part de son profond soutien aux personnes blessées.

Cet acte barbare conforte la détermination de la France à tout mettre en oeuvre pour lutter contre la menace terroriste dont le niveau n'a jamais été aussi élevé, partout en Europe.

Gérard Collomb a assuré son homologue espagnol, Juan Ignacio Zoido, de l'appui indéfectible de la France dans cette épreuve./.

(Source : site Internet du ministère de l'intérieur)

Retour sommaire


5. Espagne - Attaques terroristes - Point de presse de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères (Barcelone, 18/08/2017)

(...)

Le président de la République a indiqué tout à l'heure au président Rajoy, lors d'un entretien téléphonique, que l'Espagne et la France étaient dans le même combat contre cette menace commune qu'est le terrorisme. J'aurai l'occasion d'en reparler dans un instant avec Mme Soraya de Santamaria, la vice-présidente du gouvernement espagnol, ainsi qu'avec Mme Dolores Monserrat, ministre de la santé que je rencontrerai tout à l'heure, après avoir été rendre visite à quelques Français hospitalisés.

Je peux vous dire qu'à ce moment particulier, 28 Français ont été blessés au cours de cet événement, 18 sont hospitalisés et sur ces 18 personnes, 8 sont dans un état grave dont 4 enfants. Je le dis avec précaution car toutes les dépouilles n'ont pas encore été identifiées par les autorités espagnoles, mais tout laisse à penser que ce chiffre sera définitif et qu'il n'y aura pas de mort français à déplorer, même s'il y a 8 victimes dans un état grave aujourd'hui qui sont hospitalisées.

Je voudrais vous dire aussi que nos services consulaires ici à Barcelone et à Madrid se sont mobilisés dès les premières minutes après l'attentat et je voulais, Monsieur l'Ambassadeur, Monsieur le Consul, vous en remercier. J'ai tenu à leur faire part de toute ma considération pour leur dévouement toute la nuit et encore aujourd'hui.

La cellule de crise a été installée au Quai d'Orsay, des milliers d'appels ont été enregistrés et la cellule de crise reste ouverte, la réponse téléphonique est maintenue.

De la même manière je voudrais aussi saluer la coopération qui a eu lieu en permanence avec les autorités espagnoles, une coopération qui se poursuit encore, maintenant, et sur laquelle je ferai le point dans un instant avec la ministre de la santé espagnole.

Je voudrais aussi vous préciser qu'une cellule d'aide psychologique a été mise en place ici depuis le début de l'après-midi. Des cadres spécialisés venus de Toulouse sont dès à présent en action et répondent à toutes les demandes d'aide psychologique qui peuvent être formulées par les familles et par tous ceux qui le souhaitent, ici au consulat. Cette cellule continuera à fonctionner. De la même manière et dans le même ordre d'idées, des médecins sont arrivés cet après-midi de Toulouse et de Montpellier pour étudier, dans les différents établissements où nos compatriotes ont pu être hospitalisés, les conditions du rapatriement ; pour voir avec les autorités médicales et la situation des blessés comment le rapatriement peut être envisagé. Je voulais aussi saluer leur présence et leur professionnalisme.

Une nouvelle fois, le terrorisme a frappé. L'image qu'a donnée l'Espagne ce matin sur la place de Catalogne, c'est une image extrêmement forte de l'unité d'un pays, et au-delà, de l'unité que l'on attend de l'Europe dans le combat contre le terrorisme, cette volonté d'être implacable pour garantir la résilience de la démocratie, car il s'agit bien de cela. La France poursuivra son combat, sans concessions et sans relâche, contre ce terrorisme qui veut saper les bases de notre vie ensemble. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si ce sont en permanence des lieux de convivialité qui sont attaqués par les terroristes, quel que soit le pays où cela se passe. Je vous rappelle à la fois ce qu'il s'est passé en France, mais également en Grande-Bretagne et en Allemagne récemment.

Voilà, Mesdames et Messieurs ce que je voulais vous dire, je vais maintenant me rendre dans l'un des hôpitaux où sont hospitalisés quelques Français, avant d'avoir des entretiens politiques et de condoléances avec les autorités espagnoles.

Q - Sur l'âge des blessés

R - Parmi les huit blessés graves, il y a quatre enfants, je ne ferai pas d'autre commentaire. Tout est mis en oeuvre pour que les familles puissent accéder aux établissements où ils sont hospitalisés. La référence, c'est le Centre de crise, ou le consulat, mais le Centre de crise fonctionne toujours à l'heure où je parle, pour celles et ceux qui voudraient avoir des renseignements supplémentaires.

Q - Les contrôles sont-ils renforcés à la frontière franco-espagnole ?

R - Ce sont des informations que je ne vous donnerai pas.

Q - Où sont soignées les victimes ?

R - Dans plusieurs hôpitaux à Barcelone

Q - Vous parlez de coopération. Concrètement, avez-vous renforcé une coopération européenne, ou reste-t-on sur le même schéma ?

R - La coopération européenne existe déjà depuis un certain temps. Et ce terrorisme que nous subissons - nous, mais également les Africains puisque l'attaque à Ouagadougou a eu lieu il y a quelques jours - est inscrit dans la durée. Il nous faut donc en Europe à la fois de la vigilance, de la prévention, de la dissuasion, de la coopération, et c'est en cours, singulièrement avec les Espagnols. Je me rappelle, dans les responsabilités que j'avais antérieurement, que l'Espagne a été le premier pays à réagir en soutien de la France lorsque nous avons été victimes des premiers attentats, y compris en nous aidant militairement sur un certain nombre de théâtres d'opérations.

Donc cette solidarité, elle existe, mais le combat sera long. C'est un combat à l'extérieur et c'est un combat à l'intérieur. À l'extérieur, cela veut dire continuer jusqu'à l'éradication de Daech, là où il se trouve. C'est en bonne voie mais ce n'est pas fini. À l'intérieur, cela signifie aussi les éléments que j'ai indiqués, c'est-à-dire la prévention, la dissuasion, l'interpellation, la coopération et l'éducation, qui sont les éléments déterminants pour arriver à battre définitivement le terrorisme.

Mais c'est une bataille longue. Il y a eu des cas très graves, à la fois en Europe et ailleurs. Il y a eu aussi des attaques à Istanbul, il y a eu des risques en Australie. Donc c'est un combat qu'il faut mener solidairement et qui est planétaire.

Q - Question sur la Syrie

R - Je ne ferai pas de commentaire sur la situation en Syrie à cet instant, je suis venu apporter ma solidarité à l'égard des autorités espagnoles ainsi que ma compassion pour les familles françaises./.

Retour sommaire


6. Espagne - Attaques terroristes - Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères (Paris, 18/08/2017)

C'est avec une profonde émotion que j'ai appris le bilan de l'attentat commis à Barcelone et revendiqué par Daech. Je le condamne dans les termes les plus fermes.

Vingt-six Français ont été blessés, dont au moins onze gravement. Mes pensées vont à ces compatriotes, ainsi qu'à leurs proches auxquels j'exprime toute ma sympathie dans ce moment douloureux.

Je me rendrai dans la journée à Barcelone afin de rendre visite aux victimes françaises de cet acte lâche et d'assurer du soutien de la France le peuple et les autorités espagnols.

J'avais demandé dès l'annonce de l'attaque l'ouverture d'une cellule de crise au ministère de l'Europe et des affaires étrangères afin de faire le point sur la sécurité de nos compatriotes à Barcelone et de répondre à leurs proches. Ses agents ont été mobilisés toute la nuit et ont reçu jusqu'à présent plus de 3.200 appels. La cellule demeure ouverte et la réponse téléphonique est maintenue.

À Barcelone, notre consulat général, en lien avec les autorités espagnoles, met tout en oeuvre pour apporter le soutien nécessaire aux Français touchés par cet attentat. Afin de répondre à l'urgence, j'ai demandé à ce que des professionnels de la santé soient dépêchés sur place. Les premiers arrivent aujourd'hui pour fournir un soutien psychologique et assister les familles des victimes. Des renforts supplémentaires sont prévus.

La sécurité de nos concitoyens à l'étranger constitue une priorité absolue au service de laquelle les agents du ministère et de son réseau diplomatique et consulaire français sont engagés au quotidien. Je remercie tous ceux qui se sont mobilisés immédiatement et avec dévouement à Barcelone, à Madrid et à Paris pour porter assistance aux victimes et à leurs proches./.

Retour sommaire


7. Espagne - Attaques terroristes - Déclaration du porte-parole adjoint du ministère de l'Europe et des affaires étrangères (Paris, 17/08/2017)

Une attaque terroriste s'est produite ce jour à Barcelone. Des opérations sont actuellement en cours pour rechercher les auteurs de l'attaque.

M. Jean-Yves Le Drian et Mme Nathalie Loiseau se tiennent informés en temps réel de l'évolution de la situation. Ils expriment leur solidarité avec les victimes ainsi qu'avec les autorités et le peuple espagnols.

Notre consulat général à Barcelone est mobilisé et en contact permanent avec les autorités locales. Un numéro d'urgence y a été mis en place, avec le soutien du centre de crise du ministère : +34 93 270 30 35. Les Français résidents à Barcelone ou de passage sont invités à éviter le secteur et à rassurer dans les meilleurs délais leurs proches afin d'éviter l'engorgement des numéros d'urgence.

Une cellule de crise a également été ouverte à Paris et est joignable au numéro suivant : 01 43 17 51 00./.

Retour sommaire


8. Mali - Entretien de M. Emmanuel Macron, président de la République, avec M. Ibrahim Boubacar Keïta, président de la République du Mali - Communiqué de la présidence de la République (Paris, 18/08/2017)

Le président de la République française s'est entretenu avec son homologue malien, le président Ibrahim Boubacar Keïta. Le président de la République a exprimé sa solidarité à l'égard du Mali et des Nations unies à la suite des attaques terroristes qui ont frappé deux camps de la MINUSMA le 14 août. Ils sont convenus de poursuivre leurs échanges en vue de la mise en place de la force du G5 Sahel et de la mise en oeuvre de l'accord Alger./.

(Source : site Internet de la présidence de la République)

Retour sommaire


9. Nations unies - République démocratique du Congo - Briefing sur les activités du comité de sanctions - Intervention de la représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations unies - Conseil de sécurité (New York, 17/08/2017)

Monsieur le Président,

Je vous remercie pour l'organisation de cette réunion, ainsi que pour la présentation que vous avez faite des activités conduites par le comité de sanctions sur la RDC au cours des derniers mois.

Cette séance ne peut être une séance comme les autres. L'assassinat, en mars dernier, de Zaida Catalan et Michael Sharp, nous a profondément frappés et attristés.

La présence aujourd'hui, dans cette enceinte, des familles de Zaida et Michael nous rappelle à nouveau, s'il en était besoin, le caractère abject de ce crime. Madame Maria Moresby, Madame Elizabeth Moresby, Monsieur John Sharp, Madame Michele Sharp, permettez-moi, au nom de la France, de vous adresser une nouvelle fois nos plus sincères condoléances pour la perte de vos enfants, de votre soeur et de vous exprimer notre admiration et gratitude pour le travail de Michael et de Zaida. L'ensemble de la famille des Nations unies partage votre tristesse. Soyez assurés que la France est à vos côtés dans cette épreuve.

Comme la France l'a fait à titre national, ce Conseil a condamné dans les termes les plus fermes ces meurtres. Il a appelé à plusieurs reprises à ce qu'une enquête approfondie soit menée pour que soient identifiés les auteurs de ce crime et qu'ils soient traduits en justice. Nous remercions à cet égard le Secrétaire général d'avoir transmis les conclusions du groupe d'enquête qui avait été mis en place en avril dernier. Les éléments qu'il fournit à cet égard appellent notre attention. Ce groupe d'enquête constate lui-même que des recherches et investigations plus poussées s'imposent. Nous réitérons à cet égard notre appel à ce que le Secrétaire général mette en place sans délai, et comme il en a la capacité, un mécanisme spécial d'enquête pour permettre aux autorités judiciaires compétentes de mener des poursuites effectives afin que justice soit rendue. En Guinée en 2009 et au Soudan du Sud en 2016, par exemple, des mécanismes de ce type se sont montrés particulièrement utiles pour faire toute la lumière sur des faits graves dont ce Conseil était saisi. Monsieur le Président, nous devons à la mémoire de ces deux experts que justice soit rendue. Nous le devons à leurs proches, aux nombreux groupes d'experts mis en place par ce Conseil, à tous les personnels des Nations unies et au peuple congolais lui-même si éprouvé.

Cette séance revêt également une importance particulière du fait de la situation actuelle en RDC, qui reste une source majeure de préoccupation. Je salue à cet égard la présence ici du vice-Premier ministre et ministre des affaires étrangères de RDC, M. Leonard She Okitundu. Le rapport final remis par le groupe d'experts, d'une grande qualité malgré ces circonstances particulièrement tragiques, souligne à nouveau la gravité de la situation, et les risques de sa dégradation continue.

À la violence dans les Kasaïs, qui demeure à un niveau insoutenable, s'ajoute la propagation de l'insécurité jusqu'au Tanganyika, l'augmentation des conflits intercommunautaires dans ces régions, et même les évasions de détenus, dans des proportions inhabituelles. Les populations civiles sont toujours les premières victimes de cette insécurité croissante, comme l'illustrent les flux de déplacés et de réfugiés. La vice-Secrétaire générale l'a souligné la semaine dernière : la situation humanitaire reste très difficile, en particulier pour les femmes.

Un retournement de cette triste dynamique passe nécessairement par des efforts accrus pour empêcher l'impunité des auteurs de violations du droit international humanitaire et des droits de l'Homme, quelle que soit leur affiliation. Il appartient aux autorités congolaises de s'impliquer dans ce sens, y compris en coopérant pleinement avec l'équipe d'experts internationaux mise en place par le conseil des droits de l'Homme en juin dernier. Cette équipe, établie par consensus et avec l'accord de la RDC, doit pouvoir bénéficier d'un accès sans restrictions aux lieux et aux personnes concernés afin de pouvoir identifier les responsables des violations commises.

Monsieur le Président, alors que l'échéance fixée pour la tenue des élections se rapproche, l'accumulation des retards dans la mise en oeuvre de l'Accord du 31 décembre génère des interrogations et des tensions qui ne peuvent contribuer à la sérénité ni à la stabilisation du pays. Cet accord, qui est le cadre agréé par toutes les parties congolaises pour la transition en vue de la tenue des élections, demeure la seule feuille de route crédible pour permettre une sortie de la crise que connaît le pays. Comme l'a rappelé ce Conseil dans sa déclaration présidentielle le 26 juillet dernier, il est urgent de mettre en oeuvre l'accord en toute bonne foi et dans son intégralité. Il appartient aux autorités congolaises de prendre dans les meilleurs délais toutes les mesures nécessaires afin que soient organisées, comme convenu dans l'Accord, des élections crédibles et inclusives au plus tard en décembre 2017. Il est en particulier urgent que soit publié le calendrier électoral.

Monsieur le Président,

La mort tragique de Zaida et de Michael nous rappelle, s'il en était besoin, la responsabilité que nous devons exercer, collectivement, pour faire cesser les violences en République démocratique du Congo. Un nombre exorbitant de civils y ont déjà perdu la vie. Face à ce risque intolérable, nous appelons tous les acteurs politiques congolais à la responsabilité et à une action déterminée pour respecter les engagements pris en décembre dernier. Il en va de la stabilité du pays et de ses habitants, mais également de la région tout entière. Je vous remercie./.

Retour sommaire