Dans cet espace vous pouvez

- soit faire une recherche avancée sur tous les points de presse et déclarations de politique étrangère

- soit sélectionner une date   


Déclarations officielles de politique étrangère du 25 août 2016


Sommaire



1. Point de presse du porte-parole - Syrie/Rapport du mécanisme d'enquête et d'attribution sur l'emploi d'armes chimiques/Rappel de la déclaration de M. Jean-Marc Ayrault - Colombie/Accord de paix entre le gouvernement colombien et les FARC/Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault - Egypte/Entretien téléphonique de M. Jean-Marc Ayrault avec son homologue égyptien, M. Sameh Choukri - Union européenne/Intervention de M. Harlem Désir à l'école polytechnique - Afghanistan/Attaque de l'université américaine - Birmanie - Russie/Ukraine- Venezuela (Paris, 25/08/2016)

Au point de presse de ce jour, le porte-parole a rappelé les déclarations du ministre, fait les déclarations et répondu aux questions suivantes :

1 - Syrie - Rapport du mécanisme d'enquête et d'attribution sur l'emploi d'armes chimiques - Rappel de la déclaration de M. Jean-Marc Ayrault (25 août 2016)

Le 24 août 2016, le mécanisme d'enquête et d'attribution sur l'emploi d'armes chimiques en Syrie, établi par la résolution 2235 du conseil de sécurité, a publié un rapport qui confirme que le régime de Bachar Al Assad a utilisé, au moins à deux reprises, à Talamen, en avril 2014, et à Sarmin, en mars 2015, des armes chimiques contre la population syrienne. Une autre attaque, à Marea en août 2015, est attribuée à Daech. Par ailleurs, sur trois autres incidents, à Kafr Zita en avril 2014, à Qmenas et à Binninsh en mars 2015, le mécanisme est également proche d'aboutir à l'établissement d'une responsabilité du régime, sous réserve d'investigations complémentaires.

Par son travail que je salue, un mécanisme des Nations unies, créé et mandaté par le conseil de sécurité, s'est prononcé pour la première fois sans ambiguïté sur les acteurs impliqués dans les attaques chimiques en Syrie. Il confirme ainsi l'horreur absolue d'un conflit qui a fait plus de 300.000 morts et que la France n'a cessé de dénoncer, avec le recours à tous les moyens par le régime, comme par Daech, qui font preuve d'une même abjection lorsqu'il s'agit de terroriser et massacrer la population syrienne de manière systématique. L'utilisation d'armes chimiques, que les autorités syriennes s'étaient engagées à proscrire en adhérant en 2013, sous la pression de la communauté internationale, à la convention sur l'interdiction des armes chimiques, est une abomination qui met en lumière le rôle accablant joué par le régime de Damas dans la détérioration continue de la situation en Syrie. Elle appelle une réaction à la hauteur de sa gravité. En conséquence, il appartient au conseil de sécurité de prendre ses responsabilités. La France y travaille d'ores et déjà avec ses partenaires.

Au-delà, cette confirmation de l'utilisation d'armes chimiques en Syrie exige une mobilisation accrue pour ouvrir enfin une perspective de paix en Syrie. Alors que les violences se poursuivent, notamment à Alep, il est plus que jamais urgent de mettre en oeuvre une véritable cessation des hostilités, de permettre un accès des populations civiles à l'aide humanitaire dont elles ont besoin et de créer les conditions pour la reprise de négociations politiques en vue d'une transition sur la base de la résolution 2254 du conseil de sécurité des Nations unies. Il n'y aura aucune solution militaire en Syrie et il faut donc mettre un coup d'arrêt à la spirale de la violence qui ne fait qu'entraîner toujours plus de souffrances pour la population et nourrir le terrorisme. Il est temps que la communauté internationale se ressaisisse. La France y contribuera avec détermination.

Q - L'envoyé spécial de la Syrie auprès des Nations unies Bachar Al-Jaafari a accusé aujourd'hui la France d'avoir profité de l'histoire de l'attaque chimique en Syrie afin de tirer des gains politiques et d'intervenir en Syrie. Al-Jaafari a considéré que la question de l'attaque chimique n'est qu'un mensonge pour exercer des pressions sur la Syrie. Quelle est votre réaction ?

R - Le mécanisme créé par le conseil de sécurité des Nations unies vient d'établir que le régime de Damas avait utilisé des armes chimiques en 2014 et 2015 à au moins deux reprises contre la population civile.

Le ministre des affaires étrangères et du développement international a fait une déclaration ce matin à ce sujet.

Dans ce contexte, les propos que vous rapportez n'ont aucun fondement.

2 - Colombie - Accord de paix entre le gouvernement colombien et les FARC - Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault (25 août 2016)

Je salue la conclusion par le gouvernement colombien et les FARC d'un accord de paix global et définitif, qui ouvre la voie à la résolution d'un conflit de plus de 50 ans, qui a fait plusieurs centaines de milliers de victimes.

Cet accord historique démontre que la recherche de la paix, quoique longue et difficile, mérite d'être inlassablement poursuivie.

Je félicite pour ce succès le président Juan Manuel Santos, qui a lancé ces négociations en 2012. Je salue également le rôle joué par les États garants de cet accord, Cuba et la Norvège, ainsi que celui des États accompagnateurs que sont le Chili et le Venezuela.

La France est aux côtés du peuple colombien pour le soutenir dans son chemin vers la paix. Nous continuerons à accompagner le processus de paix, à titre bilatéral en contribuant au financement du développement rural et au déminage, comme au sein de l'Union européenne et de l'organisation des Nations unies qui auront un rôle important à jouer dans la mise en oeuvre de cet accord.

3 - Egypte - Entretien téléphonique de M. Jean-Marc Ayrault avec son homologue égyptien, M. Sameh Choukri (24 août 2016)

M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, s'est entretenu au téléphone, le 24 août 2016, avec son homologue égyptien, M. Sameh Choukri.

Les deux ministres ont évoqué la situation des familles des victimes du crash du vol MS804 de la compagnie aérienne Egyptair. Ils sont convenus de la nécessité de tout mettre en oeuvre pour que des réponses soient apportées aux préoccupations légitimes des familles.

M. Jean-Marc Ayrault et son homologue ont également fait le point sur les enjeux régionaux. Ils ont rappelé l'objectif d'une conférence internationale d'ici la fin de l'année pour permettre la relance du processus de paix israélo-palestinien. S'agissant de la Libye, ils ont réaffirmé leur soutien au conseil présidentiel et au Premier ministre Sarraj. Enfin, ils ont appelé à la mise en place d'une trêve durable en Syrie, seule susceptible de répondre à l'urgence humanitaire et de permettre une reprise des négociations en vue d'une sortie de crise.

4 - Union européenne - Intervention de M. Harlem Désir à l'école polytechnique (25 août 2016)

M. Harlem Désir, secrétaire d'État chargé des affaires européennes, interviendra ce jeudi 25 août 2016 à l'école polytechnique pour clore la première journée des «entretiens enseignants-entreprises».

Organisé par l'institut de l'entreprise en partenariat avec le ministère de l'éducation nationale et le conseil d'analyse économique, cet événement cherche à créer des liens entre les entreprises, les économistes et les enseignants. 1700 personnes y participent cette année.

Le secrétaire d'État s'exprimera sur le thème «de la crise des migrants au brexit : les grands défis à relever pour relancer l'Europe». Alors que l'Union européenne court le risque d'un repli sur elle-même voire d'une dislocation, la France travaille avec ses partenaires à relancer le projet européen autour de trois grandes priorités : la sécurité et la défense ; l'investissement, la croissance et l'emploi et la jeunesse.

5 - Afghanistan - Attaque de l'université américaine (24 août 2016)

La France condamne l'attaque qui a visé le 24 août l'université américaine d'Afghanistan, tuant plusieurs étudiants et deux policiers et faisant plusieurs dizaines de blessés.

Nous présentons nos condoléances aux familles des victimes et au gouvernement afghan. 

Prendre pour cible un établissement universitaire est inqualifiable. L'accès à l'enseignement est fondamental pour le développement de l'Afghanistan. La France salue le courage des forces de sécurité afghanes qui ont mis fin à cette attaque. Nous nous tenons aux côtés de l'Afghanistan dans cette épreuve.

6 - Birmanie - Tremblement de terre à Bagan (24 août 2016)

La France a appris avec tristesse la nouvelle du tremblement de terre qui s'est produit le 24 août dans le Nord de la Birmanie et a fait plusieurs victimes.

Nous présentons nos condoléances aux familles et aux proches des victimes ainsi qu'aux autorités birmanes. M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, a demandé à M. Phyo Min Thein, gouverneur de la région de Rangoun, qu'il recevait le 24 août, de transmettre ses condoléances aux autorités birmanes.

Les dégâts apparemment importants sont en cours d'évaluation, en particulier sur le site de Bagan, où des temples ont été endommagés. Ce site historique est en cours de classement au patrimoine mondial de l'UNESCO.

La France, qui coopère notamment avec ce pays pour la préservation de son patrimoine, se tient prête à apporter son soutien aux autorités birmanes.

7 - Russie - Ukraine

Q - La Russie organise des élections parlementaires en septembre. Des représentants de la Crimée annexée sont impliqués dans la campagne électorale. Quatre d'entre eux seront élus à la chambre basse du Parlement russe. Est-ce que la France entend reconnaître les résultats de leur élection et la légitimité des députés de Crimée ? Est-ce que vous avez un commentaire sur ce sujet ?

R - Lors de son entretien téléphonique avec le président russe et la chancelière allemande du 16 août, le président de la République a rappelé la position constante de la France qui est que l'annexion de la Crimée est illégale.

8 - Venezuela

Q - Que pensez-vous des déclarations du président du Parlement européen qui estime que «la démocratie est en danger au Venezuela ?»

R - Nous avons fait part publiquement à plusieurs reprises de notre inquiétude sur la situation sociale, économique et politique du Venezuela. M. Jean-Marc Ayrault a évoqué ces questions lors de son entretien avec son homologue vénézuélienne le 27 juillet dernier à Paris.

Nous sommes en particulier préoccupés par la limitation des prérogatives du parlement, la situation des opposants politiques emprisonnés, ainsi que par les entraves au libre exercice par la population de ses droits constitutionnels.

La France appelle le Venezuela à accepter l'aide de la communauté internationale afin d'améliorer la situation matérielle de la population./.

Retour sommaire


2. Syrie - Rapport du mécanisme d'enquête et d'attribution sur l'emploi d'armes chimiques - Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international (Paris, 25/08/2016)

Le 24 août 2016, le mécanisme d'enquête et d'attribution sur l'emploi d'armes chimiques en Syrie, établi par la résolution 2235 du conseil de sécurité, a publié un rapport qui confirme que le régime de Bachar al-Assad a utilisé, au moins à deux reprises, à Talamen, en avril 2014, et à Sarmin, en mars 2015, des armes chimiques contre la population syrienne. Une autre attaque, à Marea en août 2015, est attribuée à Daech. Par ailleurs, sur trois autres incidents, à Kafr Zita en avril 2014, à Qmenas et à Binninsh en mars 2015, le mécanisme est également proche d'aboutir à l'établissement d'une responsabilité du régime, sous réserve d'investigations complémentaires.

Par son travail que je salue, un mécanisme des Nations unies, créé et mandaté par le conseil de sécurité, s'est prononcé pour la première fois sans ambiguïté sur les acteurs impliqués dans les attaques chimiques en Syrie. Il confirme ainsi l'horreur absolue d'un conflit qui a fait plus de 300.000 morts et que la France n'a cessé de dénoncer, avec le recours à tous les moyens par le régime, comme par Daech, qui font preuve d'une même abjection lorsqu'il s'agit de terroriser et massacrer la population syrienne de manière systématique. L'utilisation d'armes chimiques, que les autorités syriennes s'étaient engagées à proscrire en adhérant en 2013, sous la pression de la communauté internationale, à la convention sur l'interdiction des armes chimiques, est une abomination qui met en lumière le rôle accablant joué par le régime de Damas dans la détérioration continue de la situation en Syrie. Elle appelle une réaction à la hauteur de sa gravité. En conséquence, il appartient au conseil de sécurité de prendre ses responsabilités. La France y travaille d'ores et déjà avec ses partenaires.

Au-delà, cette confirmation de l'utilisation d'armes chimiques en Syrie exige une mobilisation accrue pour ouvrir enfin une perspective de paix en Syrie. Alors que les violences se poursuivent, notamment à Alep, il est plus que jamais urgent de mettre en oeuvre une véritable cessation des hostilités, de permettre un accès des populations civiles à l'aide humanitaire dont elles ont besoin et de créer les conditions pour la reprise de négociations politiques en vue d'une transition sur la base de la résolution 2254 du conseil de sécurité des Nations unies. Il n'y aura aucune solution militaire en Syrie et il faut donc mettre un coup d'arrêt à la spirale de la violence qui ne fait qu'entraîner toujours plus de souffrances pour la population et nourrir le terrorisme. Il est temps que la communauté internationale se ressaisisse. La France y contribuera avec détermination./.

Retour sommaire


3. Colombie - Accord de paix entre le gouvernement colombien et les FARC - Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international (Paris, 25/08/2016)

Je salue la conclusion par le gouvernement colombien et les FARC d'un accord de paix global et définitif, qui ouvre la voie à la résolution d'un conflit de plus de 50 ans, qui a fait plusieurs centaines de milliers de victimes.

Cet accord historique démontre que la recherche de la paix, quoique longue et difficile, mérite d'être inlassablement poursuivie.

Je félicite pour ce succès le président Juan Manuel Santos, qui a lancé ces négociations en 2012. Je salue également le rôle joué par les États garants de cet accord, Cuba et la Norvège, ainsi que celui des États accompagnateurs que sont le Chili et le Venezuela.

La France est aux côtés du peuple colombien pour le soutenir dans son chemin vers la paix. Nous continuerons à accompagner le processus de paix, à titre bilatéral en contribuant au financement du développement rural et au déminage, comme au sein de l'Union européenne et de l'organisation des Nations unies qui auront un rôle important à jouer dans la mise en oeuvre de cet accord./.

Retour sommaire


4. Allemagne - Décès de Walter Scheel, ancien président de la République fédérale d'Allemagne - Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault ministre des affaires étrangères et du développement international (Paris, 24/08/2016)

C'est avec une grande tristesse que j'ai appris le décès de l'ancien président de la République fédérale Walter Scheel. Je présente toutes mes condoléances à sa famille.

Je tiens à exprimer aux autorités et au peuple allemand toute ma sympathie. Vice-chancelier et ministre des affaires étrangères au sein du gouvernement conduit par Willy Brandt de 1969 à 1974, puis président de la République fédérale de 1974 à 1979, Walter Scheel aura joué un rôle essentiel dans une période de grandes mutations pour l'Allemagne contemporaine.

Aux côtés du chancelier Willy Brandt, il a lancé l'Ostpolitik vers la République démocratique allemande et posé les premiers jalons d'un processus qui allait conduire, quelques années plus tard, à la réunification de l'Allemagne. Il a su incarner et défendre avec conviction les valeurs de liberté et d'État de droit.

Je rends hommage à l'action de ce grand défenseur de la construction européenne. Sa vision de l'Europe et son engagement européen doivent continuer à nous inspirer./.

Retour sommaire